And his hame was Marcel Gotlib…

Voilà déjà près d’un an qu’il est décédé. Marcel Gotlib, avec Coluche, Desproges et Pérusse, avait aiguisé ma curiosité, mon sens de l’humour et mon rapport aux autres et à la vie en général.

Mais il avait aussi redéfini l’espace même de présentation de son art, la page de BD:

Ses pages sur le pélican, le fou de Bassan, les misérables ou encore les grands moments historiques de la farce restent à jamais gravés dans mon esprit malade. Isaac Newton a pour moi définitivement les traits qui lui prête Gotlib.

Un petit souvenir : une interview de Gotlib sur TV5

Bon pied, bon œuf

J’étais l’autre jour dans un de ces magasins au logo orange, au rayon des œufs.

Curieux des écarts de prix, je me retrouve devant trois choix:

Le fameux Premier Prix.

Élevage au sol, ça signifie les pattes dans le caca:

Alors, oui, c’est mieux que les cages sur les cages sur les cages (méthode dite en batterie), mais à peine.

Ensuite, second prix:

Ici, il est noté élevage en plein air sur le carton. Cela peut signifier plusieurs choses. Comme ça:

Mais ça peut aussi être un grand hangar duquel sort une piste extérieure de quelques mètres qui, dans les faits, ne permet pas à toutes les poules d’aller voir le soleil ou sentir la pluie. La directive NaturaFarm stipule:

Le poulailler doit être équipé d’une aire à climat extérieur (parcours couvert, aire extérieure, jardin d’hiver). L’aire à climat extérieur doit être une zone extérieure couverte, au moins ouverte sur un côté et pourvue d‘une clôture ou d’un filet brise-vent en treillis métallique ou synthétique.
Enfin, 3è prix qui m’est ici proposé:

En gros, les conditions sont les mêmes que pour l’élevage en plein air, mais la nourriture doit être presque exclusivement biologique.

Enfin, j’achète moi mes œufs ailleurs, ils me viennent d’un producteur local, respectueux des animaux et de ses clients 1)Livrés par http://www.labelbleu.ch/

Et le prix me demanderez-vous? Eh bien:

Comme quoi…

 

Références:

Le triomphe des œufs bio et des œufs d’élevage en plein air suisses (OFAG)

Directive Œufs Coop Naturafarm

Notes   [ + ]

1. Livrés par http://www.labelbleu.ch/

Social, vraiment?

Vous connaissez Facebook et les autres réseaux dits sociaux. Leurs buts semblent n’être que de rendre service à leurs utilisateurs et ce, tout à fait gratuitement.

Qui va investir des millions de dollars pour offrir le bonheur aux gens? On parle un peu ces temps de la montés de l’inculture crasse; celles et ceux qui croient que ces entreprises font cadeau de leurs services sont des cas désespérés! Le business de ces réseaux est très clair: c’est la vente d’espaces publicitaires ciblés. Vous mettez souvent sur Facebook que vous aimez un truc: une publicité relative sera sur votre page. Vous habitez telle localité: des publicités locales apparaitront sur votre page.

Et ce nouvel eldorado publicitaire, qui rapporte tant à ces entreprises, qui le finance? Tous ceux qui mettent de la publicité. De très grandes entreprises mondialisées et de petites PME locales. Et l’argent que mettent ces entreprises pour apparaitre sur Facebook, elles ne le mettent plus dans la presse régionale, dans les événements sportifs et culturels locaux. Ces petites entreprises, pourtant redevables au tissu économique régional, investissent leur argent dans d’énormes multinationales dans le but de toucher… local bien sûr!

Et que vous cliquiez ou pas sur ces pubs, Facebook s’en moque un peu car une grande partie des publicités sont facturées à l’affichage. La pub est affichée, hop!, l’annonceur paie. Que vous regardiez ou pas, que vous cliquiez ou pas, il a payé. Des millions de francs, ou de dollars, quittent ainsi nos petites entreprises régionales pour aller garnir les comptes en banque de ces géants du web, avec une promesse en échange: on va parler de vous à des gens qui pourraient bien être intéressés.

Et vous, regardez-vous les publicités sur Facebook? Si non, alors quelqu’un près de chez vous paie pour rien.

Mon premier bot pour telegram

Vous connaissez telegram? C’est un peu comme WhatsApp mais avec plus d’avantages et moins d’inconvénients.

Parmi les avantages, le fait qu’une API permet aux programmeurs de faire des robots. J’en ai donc fait un et vous invite à l’utiliser:

@Dictonbot

Il permet de recevoir le dicton du jour une fois, comme ça, pour voir, ou alors de s’abonner pour recevoir chaque jour le dicton du jour à midi.

Il permet aussi de recevoir un petit mp3, contenant le dicton du jour dit pas un authentique robot 😀

Je fais du chiffre…

Ces derniers jours, j’ai mis en place le chiffrement des mails.

Exim sert désormais de SMTP authentifié, pour les mails que nous envoyons, avec un certificat gratuit de chez Let’s Encrypt qui permet le chiffrement depuis tous nos appareils. Et puisqu’il y a un certificat, j’ai voulu qu’il serve aussi pour les mails que nous recevons. Mon serveur POP31)Je n’aime pas IMAP, solidpop3d, ne le permettant pas, j’ai du le virer et mettre dovecot à la place.

Pas mal de travail, mais au final deux flux de mails chiffrés. La liberté n’est pas oisiveté, disait La Bruyère 😉

Notes   [ + ]

1. Je n’aime pas IMAP

Adieu DotClear, bonjour WordPress

Eh oui, nouveau moteur de blog, nouveau look, etc. etc.

J’ai finalement fait le pas, malgré les ennuis de sécurité qui m’attendent (WordPress est bien plus utilisé donc plus de méchants qui font des outils pour le percer). Il faut encore que je peaufine le tout, mais c’est déjà tout à fait acceptable (Toujours selon mes standards 🙂 )

Alea jacta est.

Et grâce à la magie des RewriteRules de Apache, les anciennes URLs sont converties automatiquement vers les nouvelles. L’URL d’un billet dans l’ancien blog mène tout seul au même billet sur le nouveau blog.

À travers la belle province

Cette année, les grandes vacances, c’est le Québec en VR1)Un camping-car, comme on dit chez nous

IMAG1268
9m de long, 3.90 de haut (clic = plus grand)

On a pu voir tout un tas de panneaux routiers amusants

Paneaux Québec
Petit montage de panneaux dans lesquels nous ne sommes pas tombé (Clic = plus grand)

Temporary Poster-1J’ai adoré ce pays. Le nord, la nature, la grandeur2)On a fait ~2000km ce qui représente une toute petite partie du Québec qui, lui-même, n’est qu’une petite partie du Canada!, la folie aussi: on a par exemple vu une patinoire, avec un match de hockey dessus, dans un centre commercial! Ou encore un Quad avec, à la place du phare, une tête d’orignal3)Un élan, comme on dit chez nous! Et puis c’est le plus bel accent que le français ait. Le pays, tout de même, de François Pérusse, qui, via l’iPod familial, nous a accompagné durant tout le voyage.

On a pu, enfin, déguster leur poutine; c’est un délice absolu:

DSC03660

Voici notre tournée avec les principales étapes:

parcours

On a déjà prévu d’y retourner.

DSC04607

Notes   [ + ]

1. Un camping-car, comme on dit chez nous
2. On a fait ~2000km ce qui représente une toute petite partie du Québec qui, lui-même, n’est qu’une petite partie du Canada!
3. Un élan, comme on dit chez nous

De la fierté et de la honte

Vous l’avez sans doute vu vous aussi, il n’est plus une votation en Suisse sans qu’au soir du résultat une petite partie des citoyens de ce pays prétende avoir honte d’être Suisse. Une fois les fans de la gauche, une fois les supporters de la droite. Ça leur fait toujours un point commun!

Mais qu’est-ce que c’est que ces histoires de débiles, ces réflexions de comptoir? Est-ce qu’on doit avoir honte d’être un homme quand Bertrand Cantat torgnole Marie Trintignant? Doit-on avoir honte d’être Belge quand sort l’affaire Dutroux? Faut-il avoir honte de fréquenter l’école quand un élève tire sur les autres au fusil? Faudrait-il, enfin, avoir honte d’acheter ses meubles chez Ikea si tel tueur en série en fait de même?

Non, non et non.

Si 1.53 million de Suisses (57.5 % des 53 % de votants) font un choix différent du mien lors d’une votation récente, c’est leur choix. Moi aussi j’ai choisi, j’ai voté, et je n’ai pas à avoir honte de l’opinion des autres. Je prétends même n’éprouver de la honte que sur mes propres actions, mes propres choix. Je n’ai besoin de personne pour avoir honte et personne ne doit se permettre de penser que je puisse avoir honte pour lui, lui faire honte.

Le plus amusant est de constater que nombre de ces personnes honteuses n’ont pas voté[1]! Mais par contre, pour ça, non, ils n’ont pas honte. Et moi je n’ai pas honte pour eux non plus; qu’ils se démerdent!

Et quant à parler de honte, parlons aussi de son contraire : la fierté. Pas plus que je n’ai honte d’être suisse ou d’être un homme, je n’ai pas de fierté d’être suisse ou d’être un homme. Comme pour la honte, je pense qu’il n’y a que sur mes choix, mes actions, que je puisse ressentir de la fierté.

Et comme je suis un humain tout à fait ordinaire, je dois dire que je n’éprouve que très rarement de la honte et de la fierté. Mes choix, mes actions m’emplissent normalement de sentiments plus mitigés, plus tempérés, moins extrêmes.

Notes

[1] Enfin, ceux qui pouvaient voter, naturellement. Nos amis étrangers sont ma foi exclus de ce genre de votations. J’espère qu’ils n’en ont pas honte.

Récup ancien ordi pour en faire un media center

J’ai un ancien Mac Mini et j’ai décidé de le mettre au salon. Un simple câble DVI-HDMI et le tour est joué. Je m’en suis ensuite servi comme lecteur DVD. Quelle misère! Oui, car on peut faire beaucoup plus. Petite présentation.

Choix du logiciel

J’ai testé plusieurs choix pour, assez rapidement, m’arrêter sur XBMC. C’est un logiciel Open Source[1] et il permet notamment de:

  • Regarder les vidéos qui sont dans l’ordi
  • Écouter les fichiers audio qui sont dans l’ordi
  • Regarder les photos qui sont dans l’ordi
  • Regarder des vidéos qui sont sur le web (avec, par exemple, des plugins pour YouTube et DailyMotion)
  • Écouter de l’audio depuis le web (radios, podcast, etc)
  • Regarder des photos qui sont sur le web (Avec, là aussi, des plugins pour certains sites de photos)
  • Regarder la télé et gérer son enregistreur DVR (ayant la télé et l’enregistreur par ailleurs, je n’ai pas du tout testé)
  • Regarder des DVD (à condition que l’ordi ait un lecteur, bien entendu)
  • Regarder des DVD sans disque (Images disques ISO, etc)

Et surtout, surtout, il permet de se servir de son smartphone et de sa tablette (iOS & android) comme télécommande[2]!

Enfin, XBMC existe pour Mac, Windows et Linux. Donc quelque soit le système de l’ordinateur à recycler, pas de problème. Il est même installable sur les petites boxes android, sur Apple TV et sur Rasberry Pi.

Utilisation

La classe. Une tablette ou un smartphone en main, hop, hop, dans les menus. On peut soit:

  • Utiliser le mode télécommande de l’app XBMC et on pilote ainsi ce qu’on voit à l’écran
  • ou alors faire des recherches directement sur le mobile/tablette et ensuite voir le résultat sur la TV

Par exemple, on peut utiliser le plugin YouTube pour chercher des vidéos. Et une fois une vidéo regardée, un petit vu s’affiche sur la vignette. On sait toujours ce qu’on a déjà vu.

Il est ainsi possible de voir sur sa télé une quantité de choses autrefois réservées à l’ordinateur: podcasts, YouTube, DailyMotion, etc. De plus, une floppée de plugins servent à facilité l’accès à certaines données. Par exemple, un plugin TV5Monde permet d’avoir accès aux nombreuses vidéos disponibles sur leur site.

Épilogue

Je dois encore ma familiariser avec l’outil mais les possibilités sont nombreuses et il n’est pas très compliqué d’y accéder.

J’ai ainsi pu me faire toute la série de l’excellente chronique d’AlloCiné, Faux raccords[3].

Notes

[1] Sous licence GPL

[2] En passant par le réseau WiFi

[3] Les 60 derniers via le flux dispo chez Apple, les plus anciens via YouTube

Papaoutaitai ??

J’ai déjà raconté ici mon histoire avec mon géniteur[1]. 5 ans déjà. 5 ans de plus durant lesquelles j’ai moi-même avancé dans ma vie de papa, notamment avec un second enfant il y a 4 ans. 5 ans de plus à ne pas comprendre ce qui a pu arriver au mien pour qu’il se fût foutu pareillement de ses propres enfants.

Récemment, un chanteur belge a fait une chanson qui doit résonner dans les têtes de pas mal des enfants élevés par leur mère seule : Stromae et son titre Papaoutai.

On croit toujours qu’on est devenu plus fort, qu’on a passé ça, que c’est du passé. Et c’est vrai. Mais se retrouver dans la situation identique, être devenu papa, fait apparaître un angle nouveau de cette histoire: et moi? Être un meilleur papa que ne le fût le mien est en soi un objectif des plus simples à atteindre. Mais après? À quel point suis-je meilleur? Juste un peu meilleur; vraiment meilleur? Juste un peu moins méchant, un peu moins con? On manque de repères, c’est peu de le dire!

Et puis, avec le temps, apporter à mes enfants, c’est constater tout ce que mon père n’a pas fait. Donner de l’amour montre tout celui dont on a été privé. Comment a-t-il pu détester ça au point de vouloir éviter d’avoir à le faire? Le mystère demeure. Et moi, j’ai ma réponse en voyant le visage de mes enfants quand je répare une épée de pirate, quand je n’oublie pas d’ajouter une chanson dans un player MP3, quand j’arrive déguisé à la fête d’Halloween…

Cirque de merde

Ouais, c’est un peu dur comme titre. Mais en même temps, vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas averti, amis lecteurs!

Je déteste le cirque. Quand j’étais enfant, il arrivait que quelqu’un de notre entourage se prenne des envies de bonne action et nous paie un billet pour le cirque. Quelle horreur!

Et voilà les chevaux, cataploc, cataploc, avec la jolie écuyère qui tient debout sur le cheval, cataploc cataploc… Ah mais combien j’ai espéré qu’elle se ramasse la tronche par terre, celle-là! Ah, mais non, ce n’est pas encore fini, encore un tour sur un pied, un sans les mains…

Enfin, c’est terminé, voici venir les clowns! Chouette, paraît que c’est drôle! «Oh, mais bonjour monsieur tire-la-gueule, une photo?» Hop!, pouet-pouet, l’appareil photo gicle le second clown, le triste parait-il. Moi je les trouve tous deux tristes et carrément nuls. Des grosses godasses pour un tout petit chapeau: de gros pieds et un tout petit cerveau.

Et vas-y que ça continue avec les éléphants, toujours avec la jolie écuyère, cette fois assise sur une trompe. Ta-tata tata-tada-tata!

Puis vint le moment de tendre le filet de sécurité, les acrobates sont dans la place. Deux hommes forts pour une dame toute frêle. Deux trapèzes et une boule de nerfs de 40 kilos max qui se trimbale entre les deux géants suspendus par les genoux. Brrr… Tout le monde s’arrête de faire du bruit, des fois qu’on rate un cri ou le bruit de la chute dans le filet. De gauche à droite; de droite à gauche, les sauts d’une homme à l’autre sont ponctués d’un effet sonore que pousse l’orchestre. Roulements de tambour occupent l’espace sonore pour le reste du spectacle. Tu deviens dingue au bout de 45 secondes. Mais faites taire ces musiciens d’opérette de cirque et laissez ces acrobates stopper ce numéro qui, bien que très réussi, était, du coup, plutôt pénible. Ta-Pssshhh!

Ajoutez à cela la dame contorsionniste qui arrive à rentrer dans sa propre poche, le jonglage comique qui ne fait pas même rire le jongleur et le monsieur Loyal qui nous tue les tympans depuis le début. Beurk.

Seule bonne nouvelle: il y avait un entracte. Mais ça fait cher la glace…