Logiciel spécialisé

Écrire un scénario dans un traitement de texte ordinaire relève de l’exploit, du masochisme ou des deux. Il existe des logiciels spécialisés et j’en ai choisi un voici 3 mois, il est temps de faire le point.

Une machine à écrire C’est de Final Draft qu’il s’agit (Mac/Windows). Il est trop cher, il n’est pas libre, il a un mode de protection détestable (autorisation du disque dur via leur site web!) et la documentation papier est quasi insignifiante. Mais tout cela est peu en regard des avantages et notamment celui-ci: il s’occupe de faire la mise en page! En effet, un scénario doit généralement être écrit dans un style de mise en page précis (Exemple avec un extrait du ‘Papillon’ de Philippe Muyl [pdf]) et on doit pouvoir facilement déplacer des séquences.

Et Final Draft en fait plus: il peut proposer, selon le contexte, le nom d’un des personnages ou d’un décor. D’un simple ‘tab’, on passe d’un mode à l’autre: titre de séquence, action, personnage, dialogue. Il a aussi une grande liste de prénoms si jamais on est en mal d’inspiration pour ses personnages.

Attention cependant: Final Draft n’est bien qu’un traitement de texte. Il est certes très spécialisé, mais il n’aide en aucun cas l’auteur à développer son histoire; il ne vous propose pas une fin pour votre film, c’est bien l’auteur et lui seul qui écrit. Le programme met simplement tout en place pour que l’auteur n’aie pas à se soucier d’autre chose que de, justement, raconter son histoire.

Enfin, le programme vient avec un « Script Consultant » par Syd Field: une petite application en flash qui peut aider sur les règles dramatiques et quelques autres situations.

C’est un peu comme la roulette sur la souris: avant d’y toucher on pense que c’est un gadget et ensuite on se demande comment on a bien pu s’en passer tout ce temps! Mais il n’en reste pas moins qu’il est trop cher, pas libre et que son mode de protection est le pire système que je n’aie jamais vu.

A propos lolz