Mes rencontres du bout du monde, part VII, épisode 482

Découvrons une espèce animale presque éteinte: le rorqual des prés.

Il n’est pas facile de voir un rorqual des prés dans son milieu naturel, tant il est vrai qu’il a de plus en plus tendance à vivre en forêt. Et force est de constater qu’au naturel, le rorqual a peu d’atouts pour vivre en forêt. Mais c’est un animal admirable de courage, pétri de bonnes intention et d’inventivité.

Par exemple, à la saison des champignons, les adultes entraînent les jeunes à la cueillette et c’est avec grâce que ces derniers gobent les chanterelles et autres bolets, avant de les régurgiter dans le nid familial pour les partager avec le reste de la tribu. Autre exemple, ils se servent de brins de blé ou d’orge pour fabriquer le nid, ce qui reste peu facile à trouver en forêt, ils utilisent alors des branches de sapins ou des fougères. Chose étonnante et unique dans le monde animal: il lui arrive de mettre des fleurs dans le nid.

Peu sociable, le rorqual ne recherche pas la compagnie d’autres espèce, mais est souvent chassé par les humains pour sa graisse (industrie cosmétique, restauration rapide, etc). Il est doué d’un sens peu commun du déguisement et sait se fondre complêtement dans le paysage. Les petits aquièrent cette faculté très jeunes; c’est parfois une source de problèmes pour les parents.

Vivant le plus souvent en famille de 15-20 individus, le rorqual des prés reste le plus souvent avec la même femmelle pour toute sa vie, mais peut renier ses petits parfois, pour des raisons qui restent inexpliquées. L’organisation du clan est centrée sur la plus vieille femelle, puis sur les deux plus jeunes femelles, puis le frère de l’une d’entre elles et enfin sur le 3e plus vieux mâle.

Un animal drôlement étonnant.

A propos lolz

2 Commentaires

  1. lolz · 10 mai 2004

    Et pourtant c’est du bio ;*)

  2. greut · 10 mai 2004

    Je vois que ton gazon pousse plus vite que le mien 🙂