Devenez riche grâce à internet

Pour ce faire, on va naturellement se déplacer dans une zone grise, située entre la plus parfaite légalité et la plus grande illégalité. L’emploi de procédés douteux est de rigueur: vous venez d’ailleurs d’être victime de l’un d’eux: le titre racoleur. Aurez-vous le courage de lire l’article?

Travaillant maintenant depuis presque dix ans dans l’internet, j’ai pu voir ceux de nos clients qui sont devenus riches et ceux qui n’existent plus. Leurs stratégies, leurs produits, leurs clients, leurs erreurs et leurs succès sont autant de clés utiles dans ma démonstration où le plus attentif des lecteurs ne trouvera pas la moindre trace de faits scientifiquement prouvés.

  1. Le produit ne doit rien promettre de trop facilement vérifiable. Un produit bien inspiré promettra ‘des retours profitables’ plutôt que ‘1000 euros le premier jour’. Si votre produit est une chose, faites vos promesses à côté de l’utilité première de votre produit: des chaussettes qui restent souples, des haut-parleurs design, une voiture rouge, un appareil photo qui fait agenda, etc. Si c’est un service, même topo: un compte jeune (ou jaune), une salle de fitness bien illuminée, etc.
  2. Usez et abusez des adjectifs qualificatifs. Votre produit n’est pas n’importe quel produit. Comparé à la concurrence, votre produit est convivial, sympathique et utile tout en restant pratique. Si le produit s’adresse à des jeunes (ou à celles et ceux qui pensent le rester), il sera au minimum hypra cool et giga trop bien. Comme ces valeurs sont toutes invérifiables, allez-y à la louche! Notez encore le retour de alternatif, résistant et véritable. Enfin, n’oubliez jamais le plus importants d’entre eux, dans sa version diminuée: pro.
  3. Facilité d’utilisation et regard des autres
    1. Faites un produit facile à utiliser… Trop de produits sont aujourd’hui soit utilisés à 20% des fonctionnalités, soit pas acheté parce que jugé compliqués. Imaginez vos futurs clients comme un troupeau de moutons ne sachant pas différencier le chien d’un congénère: les gros boutons rouges à un seul usage sont de rigueur. Et attention aux fausses bonnes idées, tel les systèmes de programmation des magnétoscopes![1]
    2. …mais qui semble plutôt complexe. La majeure partie de vos clients potentiels veut, intimement, un produit très facile à utiliser, certes. Mais ils veulent aussi que le produit semble complexe afin de ne pas montrer aux autres qu’ils ne peuvent que maîtriser des produits simplets. Les vendeurs le savent bien: présenter un produits basic (le couteau suisse de base, une smart) et son équivalent haut-de-gamme (le couteau qui fait clé USB, lime à ongles et lampe de poche, une grosse Audi) force en fait le client, surtout dans un lieu public ou s’il est accompagné de tiers (les enfants sont un must absolu), à prendre le second. Même si, en 12 ans d’utilisation on utilisera jamais que 17 fois la grande lame et 5 la petite ou qu’on utilise sa voiture que pour aller chez belle-maman, il faut avoir l’article qui en jette[2] À vous de mixer ces deux objectifs qui ne vous sembleront pas antagonistes très longtemps.
  4. Faites un site où il est très facile d’acheter votre produit. Dire que la procédure d’achat doit être simple est dans tous les cahiers des charges. Le résultat sur le site, après le passage des impératifs techniques, des réalités financières et des stratégies commerciales laisse trop souvent à désirer. Formulaires peu clairs, traductions approximatives, messages d’erreurs abscons, utilisation de codes coupons, législation (Ex: TVA), animations flash, lenteur du chargement: tout concourt à stopper le client avant l’achat. Quand le client ne comprend pas même comment il peut afficher le contenu de son panier virtuel, il est bien trop tard; un seul bouton, un seul cursus court, tel est la clé du succès des sites qui vendent[3].
  5. Laissez tomber le subliminal, chassez au 1er degré. Rien de pire qu’un slogan contenant un jeu de mots: Avec les gants Trucmuche, vos deux mains qui chantent. D’abord, une grande partie de vos clients potentiels va passer tout à fait à côté de l’humour fin. Ensuite une lecture au premier degré va faire douter du sérieux de votre entreprise et du produit. Enfin, les personnes de langue étrangère, qui n’ont qu’une petite connaissance de la langue sur votre site ou, pire encore, qui utilisent des outils de traductions automatiques seront emplis de perplexité. Que diriez-vous d’un shop vantant With the gloves Tralala, your two hands which sing?
  6. Ne segmentez pas votre cible, one size fits all. Vous prévoyez une version enfants de votre produit? Une déclinaison jeune ou une série spéciale senior? Et pourquoi pas une version femme blonde enceinte végétarienne?? Le nombre de problèmes des clients avec le produit sera naturellement multiplié par le nombre de versions différentes. De plus, en segmentant votre clientèle, vous l’empêchez de se soutenir elle-même: un grand nombre de personnes utilisant un seul produit sera plus à même de fournir un service (par exemple un forum sur le web mis en place par un client) que s’il s’agit de 12 déclinaisons différentes du produit. Déchargez-vous au maximum de la dure tâche de l’assistance aux moutons clients.

Si vous faites fortune grâce à mes conseils ci-dessus, merci de reverser 10% des bénéfices à ma fondation ‘Sauvons Lol du fisc‘.

Notes

[1] En 20 ans, on a vu passer déjà pas mal de systèmes, tous prétendument conviviaux, faciles et j’en passe. Des milliers de personnes continuent à enregistrer la fausse chaîne à la mauvaise heure.

[2] Je soupçonne certaines grandes marque de ne produire des versions dites d’entrée de gamme que pour pousser la vente des autres produits.

[3] Encore une expression à l’emporte-pièce!

A propos lolz

2 Commentaires

  1. Batiste Bieler · 7 avril 2005

    Très bonne analyse, reste à trouver un marché de niche pour appliquer ces bonnes résolutions et casser la baraque.

  2. Y. Girod · 3 avril 2005

    Je m’en vais sur le champ suivre ces excellents conseils ! 😀

    Et prendre une mesure complémentaire : insérer délicatement ici et là quelques termes anglais et/ou anglicismes bien léchés…

I