Archives de catégorie : Articles

Essais de reflections sérieuses.

Social, vraiment?

Vous connaissez Facebook et les autres réseaux dits sociaux. Leurs buts semblent n’être que de rendre service à leurs utilisateurs et ce, tout à fait gratuitement.

Qui va investir des millions de dollars pour offrir le bonheur aux gens? On parle un peu ces temps de la montés de l’inculture crasse; celles et ceux qui croient que ces entreprises font cadeau de leurs services sont des cas désespérés! Le business de ces réseaux est très clair: c’est la vente d’espaces publicitaires ciblés. Vous mettez souvent sur Facebook que vous aimez un truc: une publicité relative sera sur votre page. Vous habitez telle localité: des publicités locales apparaitront sur votre page.

Et ce nouvel eldorado publicitaire, qui rapporte tant à ces entreprises, qui le finance? Tous ceux qui mettent de la publicité. De très grandes entreprises mondialisées et de petites PME locales. Et l’argent que mettent ces entreprises pour apparaitre sur Facebook, elles ne le mettent plus dans la presse régionale, dans les événements sportifs et culturels locaux. Ces petites entreprises, pourtant redevables au tissu économique régional, investissent leur argent dans d’énormes multinationales dans le but de toucher… local bien sûr!

Et que vous cliquiez ou pas sur ces pubs, Facebook s’en moque un peu car une grande partie des publicités sont facturées à l’affichage. La pub est affichée, hop!, l’annonceur paie. Que vous regardiez ou pas, que vous cliquiez ou pas, il a payé. Des millions de francs, ou de dollars, quittent ainsi nos petites entreprises régionales pour aller garnir les comptes en banque de ces géants du web, avec une promesse en échange: on va parler de vous à des gens qui pourraient bien être intéressés.

Et vous, regardez-vous les publicités sur Facebook? Si non, alors quelqu’un près de chez vous paie pour rien.

Chambrelien, tout le monde attend

Adieu donc RER, le plus court chemin en transports en commun entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel passera encore longtemps par Chambrelien, sa gare vide et sa jolie vue. Les votants ont-il vraiment tous lu l’article de loi concerné ou certains se sont-ils cantonné à ingurgiter les publicités faites par les deux camps à grands renforts de francs suisses?

Le résultat c’est d’abord un encouragement à l’utilisation de la voiture, avec tout ce que cela comporte. Car la bonne vieille tuture ne passe pas -du moins pas encore!- par Chambrelien. Alors vive la voiture, vive le prix de l’essence, les bouchons, la pollution et les accidents de la route. Peut-on vraiment faire des économies en offrant un service de transports publics obsolète? Où est-ce que cela nous mène?

Ensuite, nos enfants. Le RER ne devait pas voir le jour la semaine prochaine, c’est donc dans tous les cas d’avenir dont on parle. Nos enfants qui, lorsqu’ils seront étudiants, et ce ne sera probablement pas dans le haut vu que les écoles descendent aussi[1] auront donc deux alternatives à ce chemin de croix de détour de chiottes:

  1. acheter un scooter, une moto, une voiture et faire le chemin sur la route. Hiver compris… Entre le risque d’accident et le fait qu’il est difficile de travailler au volant ou au guidon, et si on y ajoute le prix de l’essence, la solution semble rapidement impraticable.
  2. prendre un studio dans le bas. Accès direct aux écoles du bas et aux trains directs vers le reste du pays. Mais que de frais, toutes les familles ne pourront pas payer un second loyer.

Le gouvernement pourrait lancer une troisième alternative: que Trans’N mette en place un service de bus entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. Mais peut-on réellement espérer des bonnes décisions venant de ce gouvernement et des nouveaux transports en commun du canton? Quand était-ce, la dernière bonne nouvelle venant de ces institutions publiques?

À ce stade, une solution meilleure saute aux yeux : toute la famille part habiter dans le bas. On y trouve un véritable hôpital, des écoles supérieures, des trains rapides vers Lausanne Genève et Berne Zurich. Est-ce voulu ou non, et si oui par qui, je ne sais. Mais on dirait que le but est de vider le haut, d’y laisser juste un groupe de petits vieux partis à la montagne pour sa santé. On pourra rigoler quand ils nous diront que, oh, c’est dommage, les jeunes quittent les montagnes, bouhouhou. Et puis des entreprises continueront de s’installer plutôt en bas, vu ces avantages, cela continuera. Du coup, moins de travailleurs, moins d’entreprises, moins de rentrées d’argent dans le haut. Et donc hausse des impôts pour continuer à fournir le même niveau de services dans ce front pionnier. Quand même une augmentation d’impôts mais pas de RER. Le bingo Neuchâtelois: loose-loose.

Puis tant qu’on y est, quitte à déménager, pourquoi rester dans ce canton? Nos enfants ne méritent-ils pas mieux?

Notes

[1] Et, elles, sans passer par Chambrelien.

Une bonne information

Qu’est-ce qu’une bonne information, une information intéressante?

Peu enclin à lire la presse locale, nationale ou internationale, je me contente de fils RSS filtrés sur des mots clés pour mon information[1].

On a tous nos médias spécialisés pour nous tenir au courant de l’actualité de nos petites marottes : informatique, chasse, tricot, etc. Mais peut-on vivre sans infos locales? Nationales? Internationales?

Peut-on vivre sans savoir

  • que tel village alentour aura finalement bien sa fête du sel
  • qu’une pelle tombée sur la chaussée fait chuter une motocycliste

Je vous le demande ?

Idem au niveau national; peut-on survivre sans savoir

  • que trente mille pratiquants sont attendus dimanche à Berne pour la 7e édition du Jour du Christ
  • que pour protéger les troupeaux, la confédération compte sur les chiens de berger

De même, peut-on vivre sans avoir eu vent de ces news :

  • Afghanistan : au moins 39 morts lors d’un mariage à Kandahar
  • Mamba vert, python, vipère aspic… ces serpents en danger

Je ne sais pas en quoi une information peut être considérée comme intéressante. Tous ces exemples sont authentiques et me paraissent des plus insignifiants. Les médias nous font-ils avaler toutes ces choses pour que l’on ait l’impression d’être informé ?

On est soi-disant dans l’époque du journalisme-citoyen[2] où chacun peut tout savoir sur tout et tous. Mais à quoi ça sert de savoir toutes ces foutues conneries, sinon à perdre du temps?

Notes

[1] J’utilise Yahoo! Pipes qui n’est pas la panacée, mais ce que j’ai trouvé de mieux jusqu’ici.

[2] Haha!

De la compréhension des normes du web

De plus en plus de sites s’affichent mal avec des navigateurs appliquants les normes du web. La faute incombe souvent au manque d’information, certains pensants que ‘aux normes’ est le contraire de ‘optimisé pour MS-IE’. En fait, c’est pareil. Presque. Un petit tour dans les entrailles des navigateurs et du code qu’ils lisent.
(suite…)