Archives de catégorie : Internet

Social, vraiment?

Vous connaissez Facebook et les autres réseaux dits sociaux. Leurs buts semblent n’être que de rendre service à leurs utilisateurs et ce, tout à fait gratuitement.

Qui va investir des millions de dollars pour offrir le bonheur aux gens? On parle un peu ces temps de la montés de l’inculture crasse; celles et ceux qui croient que ces entreprises font cadeau de leurs services sont des cas désespérés! Le business de ces réseaux est très clair: c’est la vente d’espaces publicitaires ciblés. Vous mettez souvent sur Facebook que vous aimez un truc: une publicité relative sera sur votre page. Vous habitez telle localité: des publicités locales apparaitront sur votre page.

Et ce nouvel eldorado publicitaire, qui rapporte tant à ces entreprises, qui le finance? Tous ceux qui mettent de la publicité. De très grandes entreprises mondialisées et de petites PME locales. Et l’argent que mettent ces entreprises pour apparaitre sur Facebook, elles ne le mettent plus dans la presse régionale, dans les événements sportifs et culturels locaux. Ces petites entreprises, pourtant redevables au tissu économique régional, investissent leur argent dans d’énormes multinationales dans le but de toucher… local bien sûr!

Et que vous cliquiez ou pas sur ces pubs, Facebook s’en moque un peu car une grande partie des publicités sont facturées à l’affichage. La pub est affichée, hop!, l’annonceur paie. Que vous regardiez ou pas, que vous cliquiez ou pas, il a payé. Des millions de francs, ou de dollars, quittent ainsi nos petites entreprises régionales pour aller garnir les comptes en banque de ces géants du web, avec une promesse en échange: on va parler de vous à des gens qui pourraient bien être intéressés.

Et vous, regardez-vous les publicités sur Facebook? Si non, alors quelqu’un près de chez vous paie pour rien.

Mon premier bot pour telegram

Vous connaissez telegram? C’est un peu comme WhatsApp mais avec plus d’avantages et moins d’inconvénients.

Parmi les avantages, le fait qu’une API permet aux programmeurs de faire des robots. J’en ai donc fait un et vous invite à l’utiliser:

@Dictonbot

Il permet de recevoir le dicton du jour une fois, comme ça, pour voir, ou alors de s’abonner pour recevoir chaque jour le dicton du jour à midi.

Il permet aussi de recevoir un petit mp3, contenant le dicton du jour dit pas un authentique robot 😀

Kampfbereit

Aujourd’hui, on nous le dit assez souvent, l’internet est devenu le repère des malfrats de toutes sortes. Des pédophiles, des terroristes, des mafias et autres groupuscules d’agités du bocal. Mais non seulement tout cela existait avant internet, mais, aujourd’hui encore, existe surtout dans la vie réelle ! Tant qu’ils ne sont que sur internet, des terroristes ne sont quand même pas aussi dangereux qu’aux commandes d’avions ! Si internet n’existait pas, ils feraient des attentats quand même, communiquant par d’autres moyens. D’ailleurs, les terroristes utilisent des téléphones portables, mais personne ne nous met en garde contre ces objets. Peut-être même que certains utilisent des cure-dents…

La violence des jeunes, leurs échecs scolaires, les mœurs, la délation, l’escroquerie, la publicité envahissante, la désinformation, tout cela existait bien avant. Internet leur donne une nouvelle dimension, c’est vrai, un peu comme l’imprimerie ou la télévision en leurs temps. Mais nous sommes chacun responsable de nos actes et de ceux de nos enfants. Nous devons faire attention à tout cela, et à bien plus encore. Que ce soit via internet ou pas.

D’un autre côté, on est de plus en plus dépendant du net. Parfois même malgré nous : nos administrations ont bien compris que c’était là un moyen pour elle de faire des économies sur le personnel. Un guichet virtuel informe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Certains cantons suisses envisagent même le vote par internet. Dur dur de s’en passer, de ne pas en être.

Dans nos pays, des voix se lèvent pour faire appliquer un principe simple : si tu fais quelque chose de mal via internet, on te coupe ton accès. Imaginez un voleur à qui l’on refuserait l’entrée dans un magasin parce qu’une fois il a volé un poulet. Va-t-on retirer son poste de télé à celui qui se sera inspiré d’un film pour commettre un forfait ? Coupe-t-on la langue aux révisionnistes ?

Au départ, il me semble, la loi qui instituait des amendes et des peines était justement là pour arrêter ce genre d’enfantillages.

Instant messaging

Voilà quelques temps déjà que je suis disponible en instant messaging, via MSN, ICQ et, surtout, Jabber. N’hésitez pas à me demander mon pseudo!

S’il me vient aujourd’hui à l’esprit d’en parler, c’est parce que j’ai changé de logiciel. Ou plutôt c’est lui qui a changé. GAIM est devenu Pidgin après un combat contre AOL dont il vaut mieux rire. Boarf…

Le mors au flickr

Voulant récemment tester flickr, je me suis fait un compte sur lequel je verserai, ça et là, des photos sous licence creative commons BY-NC-ND. Et comme j’ai vu qu’on pouvait jouer avec, j’ai fait en sorte d’avoir toujours mes 6 dernières photos sur les pages du blog. Mais j’avais pas des heures pour apprendre directement leur API, j’ai donc utilisé phpFlickr. Je verrai pour en faire plus un de ces coups.

Cela n’est pas en contradiction avec les photos hébergées sur mon site, qui ont une licence bien plus restrictive. Mettons que c’est ma fort modeste contribution à cet élan de partage qui envahit, temporairement, notre planète!

Sites officiels

Pour peu qu’on se donne la peine de chercher, les sites de la confédération (ou de l’état si vous êtes en France, etc), et notamment les fils RSS, peuvent donner des information de toute première main. Exemple avec l’avis, ce lundi, d’une collision aérienne évitée le jeudi 8 février dans l’espace aérien dont s’occupe la Suisse :

Autre exemple, des petites choses qui généralement ne sont pas couvertes par les médias, ou alors de manière biaisée et/ou incomplète. Par exemple cette nouvelle de vendredi dernier :

Enfin, comme nul n’est censé ignorer la loi, il est bon de faire quelques recherches dans les textes:

Je vous laisse trouver les sites correspondants selon votre commune / canton / pays.

On y trouve par exemple le droit de se reposer le dimanche dans le canton de Neuchâtel. Cool!

Google et la protection de la sphère privée

Ainsi donc, c’est confirmé: un éminent neurologue du CHUV a détourné plein de sous. Mais, dans le respect de la tradition et des lois, on se garde bien de nous donner son nom. Ce nom est même flouté sur le téléjournal de la TSR[1]. En écoutant un peu, on apprend qu’il était chef du service de neurologie. Le temps nous apprend même qu’il a 52 ans. Avec toutes ces informations, s’il vous faut plus de 2 minutes pour trouver son nom, c’est que vous ne maîtrisez pas très bien Google!

L’obligation de ne pas révéler son nom faites aux médias n’est-elle pas désuète? Ou faut-il s’inquiéter de la montée constante du pouvoir donné à Google[2]

Notes

[1] On se demande alors pourquoi filmer la plaque à son nom au bas de l’immeuble…

[2] Et aux autres: il ne faut pas plus de 2min non plus pour trouver son nom avec AllTheWeb par exemple.