J’ai 10 ans!

Voilà en effet 10 ans que je m’offrais le nom de domaine lzi.ch 10 ans que j’ai le site web, dix ans que j’ai mes adresses email @lzi.ch 10 ans que j’ai fermé les autres sites et les autres adresses email.

Et qu’est-ce que ça change, me direz-vous? Tout, naturellement. Et rien.

Rien parce que sans mon propre nom de domaine, je pourrais avoir des sites web et des adresses email.

Tout parce qu’avec le nom de domaine, tout est centralisé, rangé dans ma lolette, mon vaillant serveur à moi que j’ai. Et la fourmi est partageuse : les sites de mon frère, celui de ma mère, celui de ma belle-sœur, celui d’un ami sont hébergés sur ma lolette, dont certains directement sous lzi.ch.

Mais à part ça, à quoi sert son propre nom de domaine. À s’identifier tout d’abord. N’importe qui peut avoir facilement mes nom, prénom et adresse en cherchant qui est lzi.ch. Il sert encore à s’affranchir le plus possible des structures des FAI, plus encore quand, comme moi, on a son propre serveur. Ce qui pouvait sembler snob ou gonflé il y a 10 ans est presque la normalité de nos jours. Presque, car cette liberté a un — petit — prix. Un prix qui a considérablement baissé en 10 ans d’ailleurs : cette année ça me coûte 17.- par an; c’était près de 4 fois plus avant.

En 10 ans, lzi.ch a déménagé plusieurs fois, a connu deux lolettes, des suppressions de services, des tests et les magnifiques plantées qui vont avec.

Go ahead, my buddy!

Migration

Je suis passé de 2 PC Linux / 1 Mac à deux Macs / 1 PC Linux. Une migration assez originale et bien réussie. Si certains logiciels ne posent pas de problèmes (passer de Firefox à… Firefox!), d’autres sont plus compliquées. Mais j’ai même pu récupérer mes scripts bash, mes années de mails reçus/envoyés et la disponibilité de VirtualBox me permet d’avoir toujours une machine Linux dans mon Mac.

Il y a quand même des logiciels que j’ai dû abandonner pour d’autres. Le lecteur RSS par exemple : adieu Liferea sur Linux, bonjour Vienna sur Mac. Vienna est un logiciel libre et contient à peu près tout ce que j’utilisais dans Liferea. Il manque juste le filtrage des fils RSS, mais comme la source d’un fil peut être un fichier local, il est assez simple d’utiliser wget pour prendre le fil, le traiter avec bash puis de le sortir dans un fichier que Vienna pourra ouvrir. Un outil pour chaque tâche. Sinon, certaines commandes Unix sont en version BSD dans le Mac au lieu des versions GNU dans Linux. Pas de quoi fouetter un chat, mais quelques habitudes à revoir (Par exemple, ps auxf retourne une erreur à cause du f, faut que je me le mette en tête!). Reste à installer quelques trucs comme ClamxAV, ffmpeg et trouver quelques outils manquants (meld, tomboy, pdf shuffler ou verbiste). Enfin, X-Plane9, le simulateur de vol, est bien à l’aise avec la 9400M, ce qui permet de jolis voyages autour du monde.

Cerise sur le gâteau, le Mac fait moins de bruit que le barebone Shuttle et on peut le mettre en sommeil 🙂 Content.

La Bretagne à 4

Premières vacances à quatre, avec un bébé de 3 semaines on allait pas partir au Laos!

Habitant une petite maison à Concarneau, on a pas mal bougé autour. Notamment à Quimper, Brest, Lorient et le pays Bigouden.

S’il ne fallait en retenir qu’une seule chose, ce serait : la complète! La crêpe galette jambon-fromage-œuf. Délicieux. Sinon, les caramels au beurre salé sont un souvenir très agréable. Et si vous passez à Concarneau et que vous aimez les bonnes glaces, direction la ville close; une fois arrivé, entrez et achetez une glace au premier glacier à droite. Je garde un souvenir particulier du sorbet au chocolat (oui, sorbet).

Sinon, on a pu voir quelques menhirs et dolmens, deux musées, un parc de loisirs, de drôles de poissons et j’ai même pu -enfin- connaître tous les secrets de Lorient[1].

Quelques photos

Notes

[1] Il n’y en a pas beaucoup, remarque.

Double papa

Zabou est devenue ce lundi Grande sœur avec l’arrivée de Soren. La famille est désormais au complet 🙂

Une fois n’est pas coutume, je vole une idée à mes petits camarades:

Ambiance : Röyksopp, Happy up here

Adieu monsieur le Guide Suprême

Ainsi donc Monsieur Pascal Roger Couchepin s’en va, il nous quitte, il nous laisse tomber comme des vieilles merdes. Pas tellement étonnant, tant il est vrai qu’il nous a traité comme des merdes durant des années.

Mort d’Haller? Merde alors!

Je me fais un des messagers de cette phrase qu’il avait dite lui-même, espérant que c’est ce que diraient les gens le jour de sa mort.

Pour moi, il restera le serveur du resto dans bonjour l’angoisse, le fonctionnaire raciste de Je sais rien, mais je dirai tout et, surtout, Fouvreaux/Furax dans la très bonne adaptation cinématographique du génial feuilleton radio de Pierre Dac et Francis Blanche.

Welcome Lenny

Ce serveur tourne désormais Debian Lenny qui remplace donc Debian Etch. La mise à jour s’est passée sans problème, comme d’habitude avec Debian GNU/Linux 🙂

Il faudra que je regarde à l’occasion ce qu’il y a de plus pour m’amuser.

Engageons-nous

Je remarque avec ces élections que je ne suis pas assez investi dans la vie politique. Je dois m’engager plus. C’est pourquoi j’ai décidé de prendre ma carte à l’UDC. Il fallait choisir et je l’ai fait. Je me réjouis d’apporter ma pierre à l’édifice.

UDC-NE

Mon best of

Voici ma sélection toute personnelle (méthode des quotas-sœur de Mitrillé), triée par nombre de pleines lunes vécues au total par l’ingénieur du son, multiplié par l’âge de la mère du producteur. Parfois un grand artiste, parfois un souvenir, parfois un éclat de rire… Un peu de tout dans un grand rien.

  • 22 Pistepirkko, Frankenstein
  • ACDC, Thunderstruck
  • Adam Ant, Man called Marco
  • African head charge, Animal law
  • Alain Bashung, Camping Jazz
  • Alain Souchon, Écoutez d’où ma peine vient
  • Arno, Bathroom singer
  • Baccara, Yes Sir, I can boogie
  • Beastie boys, Fight for your right
  • Beatles, Being for the beefit of Mr. Kite
  • Beatles, Strawberry fields for ever
  • Beatles, I am the walrus
  • Björk, Jóga
  • Bobby Womack, Across 110th street
  • Boomfunk MC, Freestylers
  • Borghesia, October
  • Bronsky Beat, Smalltown boy
  • Carl Orff, O fortuna
  • Charles Aznaour, Emmenez-moi
  • Chemical brothers, Galvanize
  • Chemical brothers, My elastic eye
  • Clash, The guns of Brixton
  • Crass, Being true
  • David Bowie, Ashes to ashes
  • Depeche Mode, Never let me down
  • Depeche Mode, Walking in my shoes
  • Depeche Mode, Nothing’s impossible
  • Depeche Mode, Suffer well
  • Depeche Mode, Wrong
  • Depeche Mode, Peace
  • Alexandre Desplat, Driving in geneva (BOF Syriana)
  • Einstürzende Neubauten, Tanz Debil
  • Ennio Morricone, Uccellacci e uccellini
  • Ennio Morricone, Le clan des siciliens
  • François de Roubaix, La grande lessive
  • François de Roubaix, Dernier domicile connu
  • François de Roubaix, La Scoumoune
  • Frankie goes to Hollywood, Two tribes
  • Front 242, Funkahdafi
  • Front 242, Headhunter
  • Front 242, Quite unusual
  • Garmarna, Vänner och Fränder
  • Garmarna, Sorgsen ton
  • Gjallarhorn, I riden så…
  • Grauzone, Eisbär
  • Hedningarna, Návdi/Fasa
  • Hedningarna, Kina
  • Hedningarna, Pornopolka
  • Herman’s hermit, Something tells me I’m into something good
  • IAM, Reste underground
  • IAM, Donne-moi le micro
  • Janette, Por que te vas
  • Jean-Michel Jarre, Chronologie part 4
  • Jean Yanne, Les revendications d’Albert
  • John Barry, The persuaders theme
  • Joy division, Transmission
  • Juilette Greco, L’accordéon
  • Karel Fialka, Hey Matthew
  • Katerine, 78-2008
  • Katerine, Louxor j’adore
  • Killing joke, Adorations
  • Killing joke, Millenium
  • Korgis, Everybody’s got to learn sometime
  • Kraftwerk, Computerwelt
  • Kraftwerk, Das Modell
  • Kurt Weill, Die Moritat von Mackie Messer
  • Kurt Weill, Seeräuber-Jenny
  • La fura dels baus, Na y na chiwuiyo
  • Laibach, Leben heisst Leben
  • Laibach, The great seal
  • Laibach, For you blue
  • Legendary pink dots, Casting the runes
  • Le grand orchestre du splendid, On est pas là pour se faire engueuler
  • Leningrad cowboys, Katjusha
  • Les inconnus, C’est toi que je t’aime
  • The buddhist monks, Blessing for life
  • Les poppys, Let the sunshine in
  • Les wampas, Manu Chao
  • Lords of acid, Marijuana in your brain
  • Madness, Baggy trousers
  • Madness, Turning blue
  • Madness, One better day
  • Madness, NIght boat to Cairo
  • Mani Matter, Dr Alpeflug
  • Mapaputsi, Kleva
  • Matterhorn project, Muh!
  • MC Solaar, La vie est belle
  • MC Warriors, Un grand coup dans ton cul
  • Men at work, Land down under
  • Michel Colombier, L’usine (BOF L’héritier)
  • Michel Colombier, L’alpagueur (BOF)
  • Michel Magne / Jean Yanne, Luttons pour le marché commun (BOF Moi y’en a vouloir des sous)
  • Michel Magne / Jean Yanne, Tout le monde il est beau (BOF Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil)
  • Michel Magne / Jean Yanne, Ciné qua pop (BOF Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil)
  • Michel Magne / Jean Yanne, Alléluia garanti (BOF Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil)
  • Michel Polnareff, La folie des grandeurs (BOF)
  • Michel Ponareff, Holidays
  • Michel Polnareff, L’homme qui pleurait des larmes de verre
  • Michel Polnareff, Miss blue jeans
  • Michel Polnareff, Voyages
  • Moby, In this world
  • Monty Python, The tale of Sir Robin
  • Monty Python, Brian song
  • Muse, New born
  • Muse, Micro cuts
  • Muse, Muscle museum
  • Nancy Sinatra, These boots are made for walking
  • Nancy Sinatra, Somethin’ stupid
  • Nancy Sinatra, Lady bird
  • Niagara, Ultravision
  • Orchestral manoeuvres in the dark, Enola gay
  • Pepe Deluxé, Before you leave
  • Peter Gabriel, Solsbury hill
  • Peter Gabriel, Sledgehammer
  • Pet shop boys, Yesterday, when I was mad
  • Philippe Chany, La cité de la peur (BOF)
  • Alain Chabat & Gérard Darmon, La carioca
  • Philippe Sarde, Flic ou voyou (BOF)
  • Philippe Sarde, Le juge Fayard (BOF)
  • Philippe Sarde, Le choc (BOF)
  • Pixies, Trompe le monde
  • Pixies, Alec Eiffel
  • Portishead, All mine
  • Prodigy, Wind it up
  • Prodigy, Out of space
  • Prodigy, No good (start the dance)
  • Prodigy, Firestarter
  • Propaganda, Duel
  • Propellerheads, History repeating
  • Public enemy, Fight the power
  • Public image limited, Rise
  • Queen, Gimme the prize
  • Rachid Taha, Ya rayah
  • Radiohead, Paranoid android
  • Ralph Myerz and the Jack Herre, Nikita (retake)
  • Rammstein, Laichzeit
  • Rammstein, Sonne
  • Rammstein, Mein Herz brennt
  • Rammstein, Morgenstern
  • Rammstein, Ohne dich
  • Rammstein, Wo bist Du
  • Rammstein, Alter Mann
  • Rammstein, Rammlied
  • Robert Palmer, Johnny and Mary
  • Rockers Hi-Fi, Push push
  • Rolling Stones, Paint it black
  • Rolling Stones, Jumpin’ Jack flash
  • Rolling Stones, She’s a rainbow
  • Röyksopp, Remind me
  • Röyksopp, Don’t go
  • Röyksopp, Go away
  • Röyksopp, Happy up here
  • Screamin’ Jay Hawkins, I put a spell on you
  • Séance, My room
  • Serge Gainsbourg, Eau et gaz à tous les étages
  • Serge Gainsbourg, Overseas telegram
  • Serge Gainsbourg, Requiem pour un con
  • Serge Gainsbourg, En relisant ta lettre
  • Serge Gainsbourg, L’homme à la tête de chou
  • Serge Gainsbourg, Dépression au-dessus du jardin
  • Sigue Sigue Sputnik, Love missile F1-11
  • Sœur Sourire, Dominique
  • Soft cell, Tainted love
  • Sonic youth, Bull in the heater
  • Stephan Eicher, Hemmige (Et l’original de Mani Matter)
  • Stephan EIcher, Guggisberglied
  • Stevie Wonder, Master blaster
  • Stevie Wonder, Free
  • Stimmhorn, Triohatala
  • Talking Heads, Road to nowhere
  • Talk talk, Living in another world
  • Téléphone, Cendrillon
  • The Buggles, Video killed the radio star
  • The Coral, Dreaming of you
  • The Cult, Rain
  • The Cure, A forest
  • The Cure, Just like heaven
  • The Jesus and Mary chain, Some candy talking
  • The klezmer conservatory band, Yiddish blues
  • The last poets, Smell
  • The neon judgement, The man
  • The police, Synchronicity I & II
  • Ron Grainer, The prisoner theme
  • E. Peters, Electro mind
  • J. Hawkesworth, Hipster
  • M. Lubbock, Moon lullaby
  • J. Arel, Welcome, Mr. Jones
  • P. Bonneau, Chasse à courre
  • J. Arel / J.C. Petit, Rag march
  • G. Bellington, September ballad
  • The Smiths, Shoplifters of the world unite
  • The Smiths, Shakespeare’s sister
  • The Smiths, Bigmouth strikes again
  • The Smiths, There is a light that never goes out
  • The Stranglers, Golden brown
  • The Stranglers, N’emmène pas Harry
  • The Young Gods, Lointaine
  • The Young Gods, Charlotte
  • The Young Gods, L’amourir
  • The Young Gods, Envoyé
  • The Young Gods, Skinflowers
  • The Young Gods, Dame chance
  • Tomita, Firebird suite – Infernal dance
  • Tones on tail, Lions
  • Touch el arab, Wahre Arbeit, wahrer Lohn
  • Triakel, I fjol gjett je gjeita
  • Triakel, Oväntad bröllopsgäst
  • Triakel, Alla gossar
  • Trisomie 21, Il se noie
  • U2, Numb
  • UB40, Food for thought
  • Underworld, Rez
  • Carl Craig, La mer est grande
  • Francis Lai, Le corps de mon ennemi (BOF)
  • Eddie Vartan, Il était une fois un flic (BOF)
  • Pierre Henry, Psyché rock
  • Alberto Iglesias, Kothbiro (BOF La constance du jardinier)
  • Tenor Sax, Ring the alarm
  • Howard Shore, The Score (BOF)
  • Sister Nancy, Bam-bam
  • Iggy Pop, Lust for life
  • Iggy Pop, Nightclubbing
  • American Breed, The brain (BOF Le cerveau)
  • Mireille Mathieu, Paris en colère (BOF Paris brûle-t-il)
  • Akou, Monkiss (BOF Ne nous fâchons pas)
  • Michel Fugain, Les Gentils, les méchants (BOF Je sais rien, mais je dirai tout)
  • Gérard Loussine, Reggae babu (BOF Signé Furax)
  • Luis Mariano, Le chevalier blanc (BOF Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine)
  • Patrick Bouchitey, Jésus revient (BOF La vie est un long fleuve tranquille)
  • Värttina, Miinan laulu
  • Visage, Fade to grey
  • Vladimir Cosma, L’inspecteur Labavure (BOF)
  • Vladimir Cosma, Ben Zidi mélodie (BOF Banzaï)
  • Vladimir Cosma, Concerto (BOF L’aile ou la cuisse)
  • Vladimir Cosma, Bagdad’s folies (BOF C’est pas moi c’est lui)
  • Von Magnet, Alma la
  • Wall of Voodoo, Tomorrow
  • Wall of Voodoo, Factory
  • Wall of Voodoo, On interstate 15
  • Wall of Voodoo, Full of tension
  • Wall of Voodoo, Elvis bought Dora a cadillac
  • Wall of Voodoo, Far side of creazy
  • Wall of Voodoo, Ring of fire
  • Weird Al Yankovic, When I was your age
  • Weird Al Yankovic, Smells like Nirvana
  • Yamashiro Shoji, Kaneda (BOF Akira)
  • Yann Tiersen, Les jours tristes
  • Yann Tiersen, J’y suis jamais allé (BOF Le fabuleux destin d’Amélie Poulain)
  • Yann Tiersen, Le banquet (BOF Le fabuleux destin d’Amélie Poulain)
  • Yazoo, Situation
  • Yello, I love you
  • Yello, Oh yeah
  • Yello, Bostich
  • ZZ Top, Doubleback (BOF Retour vers le futur III)

Kampfbereit

Aujourd’hui, on nous le dit assez souvent, l’internet est devenu le repère des malfrats de toutes sortes. Des pédophiles, des terroristes, des mafias et autres groupuscules d’agités du bocal. Mais non seulement tout cela existait avant internet, mais, aujourd’hui encore, existe surtout dans la vie réelle ! Tant qu’ils ne sont que sur internet, des terroristes ne sont quand même pas aussi dangereux qu’aux commandes d’avions ! Si internet n’existait pas, ils feraient des attentats quand même, communiquant par d’autres moyens. D’ailleurs, les terroristes utilisent des téléphones portables, mais personne ne nous met en garde contre ces objets. Peut-être même que certains utilisent des cure-dents…

La violence des jeunes, leurs échecs scolaires, les mœurs, la délation, l’escroquerie, la publicité envahissante, la désinformation, tout cela existait bien avant. Internet leur donne une nouvelle dimension, c’est vrai, un peu comme l’imprimerie ou la télévision en leurs temps. Mais nous sommes chacun responsable de nos actes et de ceux de nos enfants. Nous devons faire attention à tout cela, et à bien plus encore. Que ce soit via internet ou pas.

D’un autre côté, on est de plus en plus dépendant du net. Parfois même malgré nous : nos administrations ont bien compris que c’était là un moyen pour elle de faire des économies sur le personnel. Un guichet virtuel informe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Certains cantons suisses envisagent même le vote par internet. Dur dur de s’en passer, de ne pas en être.

Dans nos pays, des voix se lèvent pour faire appliquer un principe simple : si tu fais quelque chose de mal via internet, on te coupe ton accès. Imaginez un voleur à qui l’on refuserait l’entrée dans un magasin parce qu’une fois il a volé un poulet. Va-t-on retirer son poste de télé à celui qui se sera inspiré d’un film pour commettre un forfait ? Coupe-t-on la langue aux révisionnistes ?

Au départ, il me semble, la loi qui instituait des amendes et des peines était justement là pour arrêter ce genre d’enfantillages.

Snapshots

Snapshots. Littéralement, Galerie d’images. Et c’est vrai qu’il y en a, des images, dans cette compilation de musique électronique. Il n’y a qu’à écouter et fermer les yeux! Ambiances détendues, chaleurs hivernales et frissons ensoleillés, c’est la musique du 21e siècle. Bientôt, on appellera ça de la pop! Magnifique!

Snapshots 1, c’est bien;
Snapshots 2, ce serait mieux 🙂