Séjour pur Malte

Cette année nous avions besoin d’une destination pas trop loin, pas trop chère et très chaude à fin septembre. Après quelques recherches, nous nous sommes décidés pour Malte. Départ pour deux semaines dans un pays à peine plus grand que le canton de Genève et avec presque la même densité de population. Autant dire que les endroits déserts sont assez rares!

Pour un voyage avec de grands enfants ou entre adultes, une semaine peut suffire à en faire le tour. Mais avec notre petite fille de 20 mois, on a préféré rester cools et organiser une seule chose par jour. On a donc fait des villes, des plages, un water-fun-park et, quand même, deux endroits plus ruraux. En trois mots, Malte c’est chaud, historique et sale. Chaud, il n’a pas plu plus d’une heure durant deux semaines, et encore, en quatre ou cinq petites averses vite passées. Historique, les châteaux, les chevaliers, les églises, les temples pré-chrétiens… Les amateurs de vieilles pierres peuvent réserver pour un mois complet! Sale, tout le monde y jette tout et tout le temps. Le ministre de l’écologie a du pain sur la planche[1].

Mais on s’est bien régalé tout de même. Les villes de Marsaxlokk et Mdina sont des havres de paix et de beauté. Les plages de Golden Bay (Malte) et Ramla Bay (Gozo) sont de bons compromis entre baies de cailloux et plage club med. Le pays est très bien desservi par les transports en commun, même si certains bus datent de l’époque des chevaliers et certains chauffeurs sont aussi sympathiques que les plus revêches de nos guichetiers de la poste.

Dédicace spéciale pour l’Hostel Maria Giovanna à Marsalforn et son équipe très gentille.

Quelques photos de Malte faites par votre serviteur.

Notes

[1] Pour autant que le poste existe au sein du gouvernement maltais!

Collage

Sur la colonne de droite, un nouveau lien : Collage photos. On peut y voir un collage de photos prises sur le web en cherchant certains mots qui me sont chers[1]. La composition de l’image change chaque minute demi-heure[2].

Attention nez en moins[3] : Comme aucun humain ne vérifie les photos, on pourrait y trouver des images parfaitement inconvenantes. À vos risques et périls, donc.

Collage photos

Notes

[1] Non, je ne les donnerai pas!

[2] C’est bien assez souvent!

[3] Oups!

Culer

J’aime bien les dictionnaires, on y apprend plein de choses, importantes ou pas.

Par exemple, cette magnifique définition dans le Littré:

CULER
(ku-lé) v. n.

1° Terme de marine. Aller en arrière. Mettre ou brasser les voiles à culer.
Le navire est masqué par une épouvantable rafale et forcé de culer entre une mer horrible, , Presse scientifique, t. II, p. 417.
Le vent cule, il souffle d’une direction plus d’arrière qu’auparavant.

2° Fig. Reculer en parlant des personnes et des animaux.
On dit aussi la charrette cula.

Vérification sur le XMLittré: Culer

Au nom de tous les leurs

D’où viennent les noms propres de lieux géographiques? Qui décide du nom de telle montagne ou de tel lac? En fait, c’est un peu chaotique. Quelques exemples.

L’océan Pacifique

En 1520, Magellan, explorateur portugais, nomme ainsi l’océan à cause du temps calme rencontré en naviguant dessus. Mais notre héros est tout surpris de trouver un océan vide. Les seuls îlots qu’il approche ne lui permettent pas d’accoster. Du coup, tout son équipage est atteint des maladie alors en vogue dans ce genre de cas: scorbut et béribéri. Ils finissent quand même par arriver aux Philippines, notamment à l’île de Lapulapu. Mais les habitant de cette dernière ne voient pas les européens comme des amis et les attaquent. Magellan lui-même sera tué par une horde de sauvages à moitié nus qui, eux, ne l’étaient pas, pacifique. À noter près de cinq siècle plus tard, l’humour qui se cache dans l’expression Guerre du Pacifique, utilisée lors de la seconde guerre mondiale.

La Vilaine

Du temps des Francs[1], ce fleuve se serait appelé Vicenonia, le nom d’une déesse qui aurait signifié la « Victorieuse » ou la « Combattante ». Au fil de l’histoire, le nom serait devenu Visnogne, Visnègne puis Vislaine avant de devenir, donc, la Vilaine. Quand même, se servir de l’histoire pour expliquer un passage de Victorieuse à Vilaine, faut oser!

Mount Maunganui

Cette montagne de Nouvelle-Zélande a un nom dit pléonasmique. En effet, en Maori, Maunganui signifie Montagne. C’est donc le Mont Montagne! Notons qu’il existe des centaines de cas identiques de par le monde: Mississippi signifie Longue rivière, Gobi signifie grand et sec, etc.

Taumatawhakatangihangakoauauotamateaturipukakapikimaungahoronukupokaiwhenuakitanatahu

Les Néo-Zélandais savent aussi donner des noms plus originaux à leurs collines, hein! Pas facile à dire sans reprendre son souffle, même si on est du coin. Ce nom signifie Le sommet où Tamatea, l’homme aux gros genoux, le grimpeur de montagne, le marcheur invétéré, joua de la flûte à un être cher en Maori. Finalement, le Mont Montagne, c’est pas si mal 🙂

Parc national Kruger

Sis au nord de l’Afrique du sud, ce grand parc national doit son nom à Paul Kruger, qui, en 1896, fît en sorte que le parlement du Transvaal accepta la création de cet espace. Mais ce cher Paul n’a pas fait que ça dans sa vie, il est notamment connu pour avoir été l’un des principaux dirigeants de l’Afrique du sud à résister aux anglais[2]. Nationaliste, inspiré uniquement par les Saintes-Écritures, il a finit sa vie exilé en Suisse où il meurt en 1904. Il est question de rebaptiser le Parc Nelson Mandela.

Notes

[1] Le peuple, pas la monnaie!

[2] Guerres des Boers.

Des confettis contre l’escroquerie

L’usurpation d’identité n’existe pas que sur internet. Si on prend ses précautions pour avoir des mots de passe compliqués[1] et pour protéger son numéro de carte de crédit en vérifiant notamment le petit cadenas en bas de fenêtre avant de le taper, il est également dangereux de laisser circuler des factures, où figurent vos numéros de client, relevés bancaires et autres courriers privés.

Aussi, j’ai acheté un destructeur de documents. Petit, pas cher et qui réduit mes A4 en copeaux de 4x40mm. À ceux que ça tente, je recommande d’éviter le modèle qui fait des bandelettes en coupant juste en vertical: trop facile à reconstituer.

Lire à ce sujet:

Notes

[1] Et sans les noter sur un post-it!

Picnic en famille

Suite à ma liste de voyage, voici une version pour partir serin avec bébé un enfant en bas âge en picnic.

À digérer

  • De l’eau pour tout le monde en bonne quantité
  • Une petite bouteille pour l’apéro
  • Un saucisson pour accompagner la bouteille
  • Viande à griller ou sandwich s’il n’est pas prévu de feu
  • Chips, pain
  • Fruits, biscuits
  • Légumes, salade
  • Dessert sucré (biscuits, cake, etc)
  • Si bébé ne mange pas encore comme les grands, prévoir son petit pot voire le lait en poudre avec bib et eau chaude
  • De l’argent liquide : là où il y a des visiteurs, il y a souvent des vendeurs et une glace pourrait être bienvenue!

À ne pas digérer

  • Assiettes (carton/plastique)
  • Gobelets
  • Quelques couverts
  • Couteau suisse
  • Crème solaire
  • un ou deux clips de fermeture (chips, etc)
  • Veste/pull en cas de fraîcheur
  • Chapeaux, lunettes de soleil
  • Quelques jouets
  • Des mouchoirs ou du papier ménage
  • 2-3 couches, lingettes et crème
  • Un rechange pantalon/culotte pour les accidents de début de propreté
  • Aspivenin

Pour un éventuel feu

  • Grille ou barquettes alu
  • Allumes-feu, papier et briquet/allumettes
  • Charbon

Semaine à Paris

Nous étions la semaine passée à Paris, avec un hôtel dans le Xe arrondissement, près du passage Brady. Excellent choix de quartier pour qui aime la gastronomie Indo-Pakistanaise. On s’est régalé tous les soirs!

On trouve aussi dans le quartier des confiseries indiennes; diabétiques: passez votre chemin!

Un nouveau petit cube

Un peu plus de trois ans après mon achat d’un cube Shuttle[1], j’en ai acheté un nouveau, un SG33G5, avec un nouveau processeur, un Core 2 Quad, et 4x plus de RAM, soit 4Go. Comme c’est un processeur 64bit, j’ai pu installer un noyau et quelques bibliothèques 64bit. Pas envie de tout réinstaller mon ordi avec une debian 100% 64bit[2] surtout que j’ai gardé les mêmes deux disques durs et le lecteur/graveur optique.

Me voilà donc à la tête de bien plus de puissance; je me réjouis déjà de voir ce que je peux en faire 🙂

Dans le mouvement, j’ai abandonné ma carte graphique dual heads matrox g550 car la vidéo intégrée au nouveau cube (Intel GMA 3100) a deux sorties: une VGA et une HDMI, avec adaptateur DVI. J’ai donc juste dû chercher un peu avant de voir qu’il fallait me débarrasser de Xinerama et faire un écran virtuel au niveau de Xorg.

Notes

[1] Voir mon précédent billet, Un p’tit cube….

[2] Et faut dire que certains trucs, genre flashplayer, n’existent pas en 64bit.

Mon intégrale en DVD

Euh, non, il fallait lire de DVD et pas en DVD, mais ça faisait moins bien en titre!

J’étais donc seul un soir récemment, mes deux femmes étant parties pour deux jours chez de la parenté. J’en ai profité pour trier et reclasser mes DVD. Voilà l’intégrale[1]:

On voit que la partie la plus importante sont les films français[2], au milieu avec Sans peur et sans reproches, Mes meilleures copains, Le clan des siciliens et un coffret Chabrol. Deuxième par le nombre, les films américano-britaniques, sous Alarme fatale, Blade runner, Brazil et L’armée des 12 singes. Quelques films suisses sous Les faiseurs de suisses et d’autres pays, sous Pane e tulipani. Autre catégorie très fournie, les séries télé, dont on voit Les simpsons, le prisonnier, black adder et la quatrième dimension en haut. Une pile comiques/tv sous le sale DVD d’Albert Dupontel, une bonne dose de documentaires, sous un coffret NatGeo et quelques E=M6[3]. Juste dessus, une pile Animation, sous panique au village. À gauche, une pile musique, sous les clips des Smiths et du théâtre, sous L’amour foot. Et j’oubliais presque trois DVD de courts métrages. Ouf!

Notes

[1] En fait non, j’avais oublié une pile de comédies françaises. La flemme de refaire la photo.

[2] Et encore, disais-je, il en manquait!

[3] Et trois DVD pubs

Chocolat à l’ancienne

On a pas toujours le temps d’aller chez un bon chocolatier[1] chercher quelques grammes de douceur. Fort heureusement, il est une entreprise en Suisse qui fait un très bon chocolat industriel: Villars. Ils ont notamment une série de Chocolat à l’ancienne composée de trois plaques de 50g: chocolat au lait, lait bricelet et noir qui sont élaborées à partir d’une ancienne et authentique recette des Maîtres Chocolatier suisses de Villars. Miam. Et on trouve une bonne partie de leur gamme à la COOP, notamment le chocolat à l’ancienne au lait.

Et chez Villars, ils choisissent puis torréfient les fèves de cacao, alors que la plupart des fabricants de chocolat partent d’une base de chocolat déjà solide. Comme je dis souvent: y’a qu’avec les pros qu’c’est net.

Chocolat Villars

Notes

[1] Par exemple chez Walder, à Neuchâtel

2008, année de la bonne bouffe

En toute humilité, je décrète, moi tout seul dans mon coin, 2008, année de la bonne bouffe. J’essaierai une à deux fois par mois, de présenter un produit, un magasin, un resto ou que sais-je. J’ai ajouté aussi quelques liens à droite.

Et je commence petit[1] pour vous parler d’un grand[2]: l’Étivaz.

Il s’agit d’un fromage à pâte dure, au lait cru, fabriqué en été dans les alpages et qui a reçu son AOC[3] en 2000. Fabriqué artisanalement, selon un cahier des charges très strict, il enchante régulièrement mon palais.

Notes

[1] Par la taille du billet.

[2] Par les qualités gustatives.

[3] Appellation d’origine contrôlée, voir le site AOC-IGP

I